GREEN UP – INTERVIEW DE KUBRA ERCAN

DSC_0504

Kübra Ercan est la première présidente de Hima eV et a postulé l’an dernier à FEMYSO pour être la coordinatrice de la campagne européenne « Green Up My Community » – avec succès!

 

Que vise cette campagne ?

La campagne est sur le point de lancer un mouvement écologique visant la protection de l’environnement dans les communautés musulmanes d’Europe. La première étape est de pousser les mosquées à être respectueuses de l’environnement.

Qui a eu l’initiative de la campagne ?

L’initiative provient de made in Europe et de FEMYSO. Made from the UK est une association musulmane qui œuvre pour l’éducation dans le monde et le combat contre la faim. Ils se sont également centrés sur les questions de protection de l’environnement et du commerce équitable depuis l’an dernier.

FEMYSO est une association européenne pour les étudiants et la jeunesse musulmane. C’est une organisation de coordination des Etudiants Musulmans d’Europe.

Combien de pays participent ?

Il y a officiellement neuf pays participants: l’Azerbaïdjan, la Belgique, la Bosnie, la France, l’Italie, la Hollande, la Suède et le Royaume-Uni.

Est-ce que les différents coordinateurs sont en contact ?

Oui, nous sommes en contact. La campagne a démarré par une réunion à Bruxelles où tous les coordinateurs se sont retrouvés et ont réfléchi à la manière dont le contenu pourrait être mis en place. Nous avons fait connaissance, puis nous sommes réunis chaque mois en ligne pour discuter des nouveautés et des suggestions pour lancer la campagne. D’autre part, nous avons échangé nos numéros de téléphone pour communiquer via WhatsApp. Ainsi, nous pouvons mettre à jour le reste de l’équipe sur les avancées dans chaque pays. Nous avons mis en place un blog sur notre site pour parler des nouveautés: les individus dans le monde intéressés par le projet peuvent également y suivre la campagne.

Qu’est-ce qui t’a intéressée ?

En tant que membre fondateur de Hima, je suis engagée depuis 2010 et nous avions toujours trouvé intéressant de sensibiliser les mosquées dans ce domaine, et de mettre en place une réforme.  Le côté européen nous a aussi intéressés: l’échange de points de vue permet de partager plus d’idées. Pouvoir observer ce que les autres pays font permet d’apporter plus de motivation, et peut ainsi regrouper les potentiels d’Europe.

Il y a eu d’autre part un atelier à Berlin en décembre dernier, où nous avons appris comment mettre en place des campagnes de protection de l’environnement, et où nous avons profité de critiques constructives. J’ai pu rencontrer les initiateurs de la campagne qui m’ont impressionnée par leur professionnalisme et la spiritualité qui a régné durant toute la formation. C’est un autre point qui m’a motivée à rejoindre le mouvement.

Si une mosquée vous dit « Je participe », que prévoyez-vous de faire ?

Tout dépend des personnes impliquées – si le conseil d’administration est intéressé, alors nous organisons une réunion pour décider des façons dont la campagne sera mise en place, et des actions qui seront entreprises en 2014.  La mosquée désignera ensuite une personne compétente qui pourra mettre en place les actions avec notre aide: nous formerons et accompagnerons cette personne. S’il y a des événements organisés par exemple, nous participerons à l’organisation.

Que diriez-vous à une mosquée qui veut participer, mais qui n’a pas les moyens financiers ?

Nous savons que les mosquées ont beaucoup de frais, mais il y a des actions qui ne coûtent rien – nous ne parlons pas des panneaux solaires, mais de petites choses comme afficher les posters sur la consommation d’eau, qui sont agrémentés de hadiths. Ainsi, chaque personne qui ira se laver verra le poster et c’est déjà un grand pas, bien que la mosquée n’ait pas grand-chose à faire.

Nous proposons aussi de mettre en place le tri sélectif: c’est simple à implanter dans les cuisines par exemple, en mettant des poubelles différentes pour le papier et les déchets. Ainsi, chaque personne ayant été présente dans la cuisine sera habitué à trier.

Nous essayons de faciliter les mosquées autant que possible: on commence par de petites actions, et selon les circonstances et la façon dont la communauté réagit, nous poursuivons avec des actions de plus grandes ampleurs.

Pourquoi l’environnement est-il important pour une mosquée ?

Why is the environment important for a mosque?

Nous entendons souvent les musulmans dirent qu’ils ont beaucoup de problèmes d’argent pour construire des mosquées, et que l’environnement n’est pas la priorité. Mais, chez Hima, nous trouvons que cette excuse n’est pas valable. Une mosquée est la maison de Dieu, qui se préoccupe des  besoins de la communauté, en particulier des besoins spirituels: l’environnement est très fortement lié à notre comportement religieux de manière générale. Une mosquée devrait être la première à s’y intéresser et servir de modèle à la communauté. En étant écologique, une mosquée est automatiquement en phase avec l’islam, comme beaucoup de sources islamiques le montrent. Nous avons pensé avoir pour thème des Journées Mosquées Ouvertes de cette année, l’islam et l’environnement, parce que beaucoup de conseils d’administration m’ont proposé ce sujet, et que le lien entre les deux est évident.

Est-ce qu’on peut favoriser la campagne dans la mosquée à un niveau individuel, ou faut-il que ce soit les responsables qui le fassent ?

Bien sûr, comme je le disais, tout dépend de qui décroche le téléphone. Si c’est une personne chargée de la jeunesse, alors nous essaierons de voir en quoi elle peut nous aider, et de ce fait influencer les autres membres de la communauté: ce sont souvent les jeunes qui peuvent faire bouger les choses. Le conseil d’administration pourra être sensibilisé en voyant comment la communauté réagit. Il y a énormément de manières d’impliquer des groupes d’individus dans la communauté.

Dans un an jour pour jour, qu’aimerais-tu que la campagne ait réalisé dans les mosquées participantes ?

J’aimerais pouvoir me souvenir d’une année riche, où 20 mosquées au moins auront fait des efforts pour l’environnement, et où au moins une mosquée aura fait un plus grand pas, comme avoir installé des panneaux solaires sur le toit par exemple. J’aimerais aussi que beaucoup de gens et de membres de la communauté soient sensibilisés à ce problème, que ce soit à la mosquée ou chez eux. J’aimerais qu’au moins 1000 personnes engagées dans la mosquée et dans leur budget, aient apporté leur aide pour ce projet.